Billets de voyageenfamille

Salar nous t'avons eu....

 

Quelques news pour arriver à aujourd’hui  17/10 , avec guy et son camping car , nous nous dirigeons vers Humahuaca , charmante bourgades , le lendemain tout le monde dans le 4X4 pour Irruja petit village perdu dans les montagnes par une piste correcte………..

Le soir retour vers Humahuaca……

Le lendemain nous repassons une nouvelle fois la frontière pour la Bolivie…Près de 4h quand même

Notre répit sera de courte durée rupture et torsion d’une attache de capot , tableau de bord fendu suite au poids de l’autoradio gps de l’ancien proprio bien mais trop lourd pour la piste,

Découragé j’attaque une nouvelle  modif et fait passer la roue de secours dans la cellule……

La Bolivie ne veut pas de nous………..

Le soir un bivouac de rêve près d’une rivière et d’une voie de chemin de fer désaffectée me remonte le moral , décidé à passer le gué nath souhaite que l’on reste de l’autre coté,

Bien inspiré un train passera la nuit……..

Finalement nous arrivons à Uyuni décidé à en découdre avec le Salar , mais une fois de plus …

Pénurie d’essence, il faudra attendre deux jours pour la livraison , décidé à ne prendre aucun risque dans ces contrées inhospitalières , nous décidons d’attendre  48h pour partir full 150L de go

On rencontrera une famille adorable phil, patricia et théo de l’age de maxime qui nous permettront  d’attendre avec plaisir

Philippe me dépannera d’une barre d’alu pour finaliser la réparation  des  fixations du capot,

Guy rencontré à salta nous confirmera que les piste sont abominables pire que celles de la Mongolie et d’Afrique qu’il connaît………..même sa banquette sa plaque etc ..se sont fait la malle……………

Ouf moi qui commençait à douter de mon land , tous les autres véhicules souffrent aussi , hein les mauvaise langues toyotistes (non j’ai rien dit) ….

Eh puis je n’oublie pas que ti kaz  nous a sortit d’une m…énorme il y a seulement 1 mois avec juste 2 roues motrices et une roue tordue à 400O m dans la boue et de nuit.

Je vais finir par m’attacher à ce gros bout de tôle., dans les moments les plus délicats, je lui parle

Aie le psy me guette au retour , pour  l’instant j’ai le blog plus rapide et moins cher.

Dans le même style psycho de comptoir , discussion avec Anais sur l’attachement au peu de choses que l’on a emmené et comment chaque perte où dégradation du dit objet nous pertube..

Elle a ainsi appelé la boite à chaussure  dans laquelle elle range ses affaires perso , mon « précieux » comme  goloom (ortho ?)  dans le seigneur des anneaux …….Et personne ne doit abîmer la boite..

Bref tout ça sent l’internement au retour…seule Nathalie résiste ….

Le lundi nous voilà donc parti vers le Salar  et son immensité blanche ,

Assez indescriptible et là nous offrirons à nos enfants leur première leçon de conduite dont il se souviendront toute leur vie ,

Aucun obstacle à 100 voir 150 kms à la ronde , j’ai tenu la promesse faite à ma fille , le loulou a aussi profité de cette opportunité en vitesse courte , Anais filant à plus de 70 kms /h sur le lac salé en 4ième longue.

Le soir bivouac près d’un piton rocheux appelé ici iles car posé sur la surface de sel.

La sortie se fera par des pistes improbables où une fois de plus le mot isolé prends tout son sens ….

Nous rejoindrons Potosi puis Sucre, où chacun sauf Anais se tapera des montés de fièvre (presque 40) pour maxime et moi aujourd’hui médecin demain pour nous 2 si pas passé…

Décidément la Bolivie se mérite… 

bolivie on t'aura...........mais en attendant.

Bonjour, que de nouvelles depuis la Bolivie , nous avons passé près de 3 semaines à Salta arghh , eh bien non…..le retard pris c’est certain nous fera supprimer le Pérou mais en échange des rencontres d’argentins dont nous garderons un souvenir inoubliable ……. Je fais donc dans l’ordre , après le retour de la Bolivie , commande et attente d’un arbre de transmission pour changer celui qui avait été soudé à la Quiaca Tarif correct et rapide enfin quelques jours………. Nous avons le plaisir de revoir Isabelle et Hubert avec qui nous avions fait le voyage sur le bateau et Guy ancien directeur artistique de cirque , et actuel boute en train de folie. Nous décidons de faire un tour sur Cachi (boucle de 2 jours en attendant le cned). Superbe boucle qui me permet de voir que le land nous fait un peu d’incontinence …… Au retour , Guy a fait la rencontre d’argentins qui étaient venu faire un BBQ au camping , Il y a plusieurs familles avec qui nous sympathiserons rapidement. Je vous passerai les nombreuses invitations chez eux, au camping et les soirées euh que dire arrosées , je perfectionne ma connaissance des vins argentins à grande vitesse (euh……..) Seul le vino (prononcer bino pour les nuls en espagnol comme moi)avec coca, où fanta ……..ne retiendra pas mon attention. Aie vous avez bien lu , donc votre serviteur qui approche maintenant le bilinguisme place rapidement dans la conversation son vino solo gracias , vous aurez traduit de vous mêmes …. Nous serons touché par leur extrême gentillesse et la chaleur de leur accueil L’augmentation de l’incontinence de ti kaz sur la boite de transfert , le pont av Un lavage vigoureux au karcher pour nettoyer ti kaz land qui provoquera un pb électrique nous vaudra encore un départ avorté vers la Bolivie , pff………….encore un Retour à Salta où malgré le conseil d’un Omar argentino-bolivien, le mécano soit disant ingénieur mettra trois fois avant d’arriver au résultat escompté m’arnaquant au passage …. ; Tout ça pour 2 joints toriques desséchés. Je met ses coordonnées pour d’autres voyageurs …dans adresse à éviter Du coup je perfectionne encore mon espagnol « trabajo de mierda » …….. Je décide avec Guy d’aller faire nos emplettes pour remettre la bête à niveau …. Les coutumes commerciales argentines s’avèrent intéressantes … Chaque commerce est spécialisé , donc il y a les commerces de courroie de bagnole , celui des silents blocs, celui des roulements, le spécialiste des bidons vides (revendus pour d’autres stockages), celui des boites en polystyrène, des durites plastiques etc ……… Bref il y a tout , il suffit de savoir la rue ……….et le commerce . Dans les commerces d’alimentation qui sont ouverts jusqu’ à 22h30 voir minuit , la caissière vous met les courses dans le sac et vous gratifie d’un grand merci même quand c’est fermé depuis un quart d’heure. Nous allons aussi assister à un paquet de jours féries qui compensent le peu de congés, du moins en début de carrière de 5 j à 30 jours max en gros un jour de plus par année d’ancienneté ….. Et dire qu’on se plaint…. Comme ça ne suffisait pas de nouveaux français arrivent au camping , et donc nouveaux apéros , soirées etc……….Le fait que Salta vivent tard le soir la rue Balcarce des boites cabarets , dîner spectacle est carrément fermé le WE , pour la rendre piétonne , à 3 h du mat c’est comble , après je sais pas , je suis allé au lit…………… ; Voilà pour l’attente subie en attendant notre land dans des conditions terribles…………………. Nath sera mise à contribution pour une piqûre pour une française malade… Donc enfin aujourd’hui le départ , nous passons par humahuaca ……………

Aventures boliviennes

Suite à notre départ pour laguna Pozuelos à l’extrême nord de l’argentine  nous serons un peu déçu par cet endroit qui nous vaudra cependant un beau déguisement pour éviter une horde de moustiques qui apparaissent , et les flamands sont loin………….

Par contre pour le froid ça commence à causer et ce premier bivouac à 3600 et des poussières tiendra toute ses promesses, je ressent le mal de l’altitude et cet état migraineux associé à ce premier vrai isolement me développe un peu de parano ……..

Du genre qu’est ce que je f……….là  , moi qui voulait en ch , je ne suis pas déçu et ce premier avertissement va nous montrer que tout ça se mérite…………

Le lendemain ça va un peu mieux le thermo a du fleurter avec les –12 et un petit 3 dedans, le petit chauffage consomme du jus et assure jusque vers 3 h du mat  environ 15  18° d’écart avec l’extérieur.

Après cet intermède sympathique de mise en jambe , pardon de mise en (mal de) tête plutôt ,

Nous passons pour une courte pause au Chili avant d’attaquer la Bolivie ,

A San Pedro de Atacama , où il y a plus d’eau dans les verres que dans la ville ……

Nous aurons l’occasion de rencontrer Michel restaurateur expat qui après de nombreuses années dans les Caraibes , au Canada a choisi le Chili ……

Personnage riche en couleurs qui en plus d’avoir développé des affaires dans chaque pays a pris femme  là aussi , il passera de précieux conseils à Maxime sur le mariage (hum)

De ce repas dans un restaurant , s’ensuivra la visite de son autre snack , d’un cadeau d’une bouteille de vin, de pains qu’ils fabrique aussi et d’empanadas……..merci à lui , nous repartirons les bras chargés et la tête pleine des histoires de Michel qui vraiment pourrait écrire un livre.

Son restau « la cave » simple et copieux

2 jours de tempête de sable nous feront attendre pour passer en Bolivie ……….

Le ton est donné …………….Magnifique, hostile , grandiose et froid très froid ,

Il ne s’agit pas trop de la température quoi qu’un –3 le jours et un –13 la nuit après je me sois endormi , c’est surtout le vent glacial……….

Le premier poste frontière au milieu de nulle part avec proposition de change à un taux qui frise l’escroquerie ….

Le douanier nous dit que plus loin on refuse les dollars et Euros , on se dit tant pis , on a nourriture et essence ,

Il nous signale que pour l’entrée des véhicules c’est des dizaines de kms plus loin sur un col ????????

Bref on attaque les premières lagunes (voir photos) , c’est très beau mais aussi très troublant en tout cas pour moi , j’irai pas jusqu’à inquiétant mais , il y a un peu de ça dans ce que je ressent ……..le fait d’être dans un désert froid pour la première fois me surprend.

Il faut ensuite gagner la douane pour le véhicule et là , un truc dantesque , un bureau perché à 5000 m d’altitude sur un champs de geyser sulfureux dont un collé à la fenêtre des toilettes qui dégage souffre et hydrogène……….

Les douaniers mutés là ont du avoir à faire avec la femme du boss et les douanières n’ont pas du vouloir avoir affaire au boss……..

Impossible que ce soit du volontariat , et pourtant ils se montreront agréables et courtois…….

Deuxième choc à coté un terrain de foot , ces mecs sont des grands malades  ….

Je pense que l’on aurait du  envoyer Raymond et son équipe de France en stage d’oxygénation là bas , ceux qui auraient survécu auraient gagné et ne se plaindraient plus jamais.

Nous trouveront en fin de journée à près de 4000 m un petit coin pour dormir avec un petit bassin et son eau à 30° quel pied , le problème c’est qu’à la sortie votre maillot sur le séchoir se transforme presque immédiatement en carton rigide……….

Après une discussion pour savoir qui dort dans le bassin , tout le monde regagne lâchement la cellule et ses petits 10°

Coin super beau et agréable.

Le lendemain, on verra ses paysages tous plus sublimes les uns que les autres ,

La décision d’avancer un peu plus et le choix d’une piste parallèle (pourquoi tu prends pas la piste principale vont dire les mauvaises langues) , le profil tôle ondulée de la route pour les néophytes fait que vous avez le choix entre 15 kms /h où 70/80 entre les deux cela provoque des vibrations destructrices pour vous et la voiture , 80 c’est top mais tout freinage ou virage brusque donne l’impression d’être sur du verglas , les piste parallèles elle permettent d’aller entre 40 et 60  d’où notre « mauvais » choix qui s’avérera désastreux , une grosse saignée d’un mètre va nous mettre en très mauvaise posture , le land après la côte rebondit là dedans retombe hors piste et s’immobilise enfin.

L’arrière de la cellule semble avoir été passé au shaker  sangles décat de maintien arrachées , plaques de cuisson décalée……

Roue à 20 ° vers l’intérieur look Gordini, pont tordu et quelque minutes après avoir repris la route la transmission arrière se brise(main meneuse pour les pros)

L’ambiance est au max , loin de tout , la nuit arrive , on ne sait pas si il n’y a pas d’autres dégats et on n’a plus q’un deux roues motrices …………

On décide de continuer pour rejoindre un village , la nuit tombe et là , on se trompe de chemin à l’approche d’un gué  , la voiture se pose dans la boue , là ou le 4*4  aurait passé sans pb,

Le gros derrière du land sans ses roues pour pousser se pose ………..

Je ne me féliciterai jamais assez d’avoir acheté mon gros cric ricain (hi lift pub) et les plaques,

Une grosse séance de gym à 4000 de nuit nous fera sortir de ce merdier,

1 poser la plaque , 2 poser le cric sur la plaque, 3 lever la roue bien haut sinon creuser , 4 poser la plaque sous la roue…5 faire bien attention en descendant le cric je regrette pas de mettre entraîné à blanc dans ma cour avant de partir.

Merci aux gamins de ne pas avoir trop paniqué et Nath de m’avoir aidé …

Nous regagnerons doucement le village la nuit bien entamée,

Le lendemain , nous gagnerons Uyuni  avec un essai treuil pour cause d’ensablement (que nous attacherons avec un camion le seul  de la journée) , heureusement  sinon c’était à nouveau plaques et cric eh oui pas d’arbres………..

2 bières en cadeau………….merci les gars de vous être arrêtés

Je dois dire que les paysages de cette journée sont passés au second plan….

 

2 jours à Uyuni , ne nous permettrons pas de trouver un mécano  , débordés , il faut dire que quand on voit les routes (heu piste) et qu’ils sont à 100%  Toys HJ 60 ,  HDJ80 , 100 etc………

mon pauvre land faisait figure d’extra terrestre , eh non les gars , j’ai pas prévu de changer de marque………….

 

Et là un rayon  de soleil , le Land Rover  Argentine Club contacté par mail et son forum me propose quelques relais pour nous sortir de ce bourbier , vers la frontière Bolivie Argentine où plus au nord de la Bolivie , nous choisirons l’option retour vers l’Argentine .

Après ces  journées  de piste stressante , pour ces petites pistes à flan de montagnes et ces ravins d’au moins 500 m ,et une voiture en mauvais état  j’ai décidé de prendre la place du mort………….pour souffler un peu

Eh ben chers amis vous avez loupé une des rares journées de la vie de Thierry  , où il ne l’a pas ramené une seule fois , le lendemain Nath me dira , on sentait que tu n’étais pas bien , ben non juste un peu…………

Elle a pourtant bien conduit mais …………… 

L’arrivée à la frontière sera un soulagement où Miguel avocat bolivien et fan de land (2 ranges classiques) se démènera pour nous trouver un mécano qui en 48h va détordre le pont et ressouder la transmission + quelques babioles,

Muchas  gracias Miguel

 

Aujourd’hui savourant le goudron argentin , nous redescendons plus au sud  où nous allons acheter des pièces neuves pour remplacer celles soudées par sécurité….

Je tape ce texte du camping de Salta où je savoure une température positive à l’extérieur

Du coup le moral remonte et je suis aller m’offrir une glace avec Anais à 22h , après avoir sauté plusieurs repas ces derniers jours (pour ceux qui me connaissent , je vous jure que c’est vrai )

Bien sur j’ai encore quelques réserves abdominales……………………….mais il peut faire  si froid………….

A bientôt pour de nouvelles aventures (euh pas tout de suite)…………

             

 

 

On the road again

28/08/10 Je reprends ma plume euh mon clavier , pour raconter Iguazu, alors là difficile de raconter des c……..s parce que c’était exceptionnel , j’en ai eu des frissons, spectacle grandiose c’est inscrit au patrimoine de l’humanité et sur les sept merveilles de la nature (nouveau classement sensé remplacer nos sept merveilles disparues. Bla Bla touristique oui peut être mais ça vaut le coup vraiment , vraiment. Camping avec wifi marrant de savoir que l’on se passe de plein de trucs en voyage , mais une connexion avec la famille ça fait plaisir. Après cette superbe visite 1 journée intense pour tout faire , c’est juste mais jouable. La suite sera une journée au camping pour avancer le boulot des gosses . Départ d’iguazu pour traverser quasiment d’est en ouest l’argentine , 1 arrêt dans une station à l’écart de la route genre bagdad café en plus glauque , le gars ne doit pas vendre plus de quelques centaines de litres par mois , sympa musique à fond à 5 heures du mat , anais m’a dit qu’elle pensait à un film d’horreur sur des gens assassinés dans une station qu’elle avait vu. Avec chiens errants et toilettes de l’horreur une constante en argentine. Les filles apprécient les toilettes de la cellule surtout la nuit…. S’en suivra la visite des missions jésuites à san ignacio mini pour ceux qui ont vu le film avec de Niro , on ressent bien tout ça surtout après Iguazu. Un autre arrêt dans cette traversée sur un camping municipal à San roques à mi chemin entre Résistencia et Salta. Là aussi toilettes et chiens de l’horreur. Je précise que les chiens sont gros et impressionnants mais jamais agressifs même quand on mange , ils se tiennent à distance. On finit par en prendre certains en pitié et leur donner des restes. L’arrivée à Salta voit les montagnes se rapprocher , fini le plat et les interminables lignes droites. On est à un peu plus de 1000 m La ville est très agréable , a su conserver un style architectural superbe, animée le soir. Le camping municipal est fréquenté par pas mal d’européens , beaucoup d’allemands en camion , suisses, francais. Une énorme piscine qui doit faire 150 m sur 100 m au moins mais vide. Là aussi des chiens qui sont dans les toilettes et les douches ????je pense qu’ils cherchent la fraîcheur , ça surprend un peu de tomber sur un molosse contre la porte genre dalmatien ou autre quand tu vas au petit coin. Une bonne nouvelles beaucoup moins de poulets argentins sur le bord des routes , donc plus besoin de faire l’idiot enfin quoi que… Demain le 29 donc on va commencer à vraiment monter pour attaquer des zones désertiques à plus de 4000 en quelques jours pour s’ acclimater. Donc check up du land , niveau, nettoyage ce matin et demain remplissage des jerricans supplémentaires et réservoirs GO essence pour le groupe électrogène du cinéma , eau. environ 160 l de GO et autant d’eau en tout. Et grosses courses. Peut être l’occasion de trouver notre premier village isolé dans les montagnes pour le ciné mobile qui sait ? Voilà pour l’instant pas de prise de tête , chacun fait sûrement des concessions sur cette vie de communauté , c’est un plaisir de passer du temps avec les siens.

enfin l'arrivée !!!!!!!!!!!

22/08

 

Ah que de choses à raconter , après un ultime retard enfin à BA ce coup ci c’était le manque de place sur le port , après le vent dans le rio , la panne au havre etc….pour ceux qui ont suivi …Bon ça débarque avec la batterie dans le sac , un mail sur un contact am du sud qui se propose de nous aider , ça ne sera pas nécessaire la batterie a rechargé avec la voiture , enfin nous avons pu faire un petit tour de BA ,

Invité par notre contact et sa charmante femme à diner chez lui

Encore merci de leur accueil et de leur gentillesse .

Le départ de BA se fait sans problème sauf que l’on n'a pas les bandes rouges et le 110 obligatoire….

Et patatra don aux œuvres de la police pour ne pas avoir collé nos stickers ……et pas sorti le crochet d’attelage.

Après vérification , pas de racket c’est la loi , source sure d’un autre conducteur avec communication élaborée de votre serviteur : un mélange subtil de français hispanisé et d’espagnol le tout saupoudré d’un langage des mains.

Du coup trois arrêts aux stations suivantes pour trouver le truc …

Il y a un nombre incalculable de flics sur le bord des routes , de plus c’est un état fédéral et chaque région a ses frontières , donc re contrôle  ,

Un autre coup , ce sera le A Bar qui tient les longues portées trop en avant

Abandon de ma communication élaborée et métamorphose en nœud nœud qui comprends rien , en un mot nature (no entiendo = je ne comprends pas ) au bout d’un moment ; il me fait comprendre de me casser …

 

Bref je revient à nos moutons , le premier trip avec piste roulante sera Le parc Palmar , sympa et nos petits amis viscaches genre de chinchilla présents par dizaines à la nuit et varans  le jour.

Cool maxime s’éclate et nous aussi.

La vie dans un studio de 4 m2 s’organise , on cherche souvent le même truc (enfin moi souvent) heureusement que j’ai parfaitement mémorisé l’emplacement de ma bouteille de vin argentin pour le soir … Pour le reste , je sors mon classique « chérie où est ………. »

Suivi de son invariable et imparable « là où tu l’as mis chéri »

La vie s’organise quoi ……..

Pour moi qui aime les gros mammifères , le départ du parc palmar sera l’occasion d’apercevoir mes premiers capibéras , le plus gros rongeur du monde taille d’un chien moyen impressionnant et bonne bouille.

Les campings sont vides (hiver et fin des vacances ) et donc peu de contact avec la population locale pour l’instant à part les flics bien sur.

Ibera sera le deuxième parc , là 100 kms d’une piste pleine de tôle ondulée , le land va bien .

Parc super sur une lagune au milieu des marais , la promenade en barque sera un super moment au milieu des animaux ….Petits et grands à 50 cm top !

L’occasion de fêter mon anni avec une « bonne viande »  la seule boucherie appelée Carnera  ici nous vendra un truc moyen mais bon.

Départ tôt le matin 22 pour gagner Igazu , mais une piste très sableuse  la recherche d’un distributeur ,cyber café  le ratage de l’ouverture du supermarché fermé entre 13h et 16h ici fera que l’on stoppera à 100 kms des chutes, pour éviter de rouler la nuit .

Un super bivouac entre deux camions et les toilettes locales (hum) nous assure sécurité car gardé et wifi , on ne pas tout avoir.

Nath a pris le volant et j’en profite pendant que nous allons vers igazu pour taper le texte que je passerai ce soir.

Tchao ………

 

zarate et dernières escales

13/08/09 

arrivé à zarate aujourd’hui pour info c’est la première escale en argentine , on est passé devant Buenos Aires et on a dû remonter une rivière ici appelée rio pour les non hispaniques afin d’atteindre cette avant dernière escale. De plus nous avons été immobilisés une nuit dans l’estuaire de Buenos Aires pour cause de vent violents  encore 24h de retard , je n’en peux plus………

fatigué du bateau , j’ai hâte de commencer enfin le voyage « pour de vrai » normalement le 15/08 ouf , à ce rythme je voyais mes 40 ans (le 19/08) sur le bateau mais pour l’anniversaire sur le désert de sel c’est raté……….

Ça commence à cailler sec 5°c au niveau de la mer ça promet à 4000 m , donc je disais, remontée du rio avec notre bateau char d’assault et le pilote brésilien et son béret basque…fourni pour déjouer les bancs de sable où autres. Très sympa les abords du rio hélas innondés mais ça change de la haute mer. Zarate ville portuaire fluviale sans charme mais qui m’a permis de manger ma première viande argentine dans une brasserie PMU car pas de vrai restau ?????????? , c’est pas l’énorme morceau dont on parle dans les guides, mais du coup, j’en ai pris deux fois, la même entrecôte frite , on mange beaucoup sur le bateau mais le cuistot connais surtout la viande bouillie.

Bref heureux….de ce premier contact culinaire.

Bon vous allez dire , il parle que de B…………..

Les premiers contacts forcément superficiels avec les argentins sont agréables et leur honnêteté va même jusqu’à faire dire aux commerçants avec qui nos voisins du bateau voulaient faire du change : «  nous ne sommes pas bien placé le taux réel c’est tant à tel endroit »

Taxi comme au brésil avec compteur donc pas (moins) d’embrouilles (normalement)

Pour ceux qui ont choisit HSBC (0 commission pour les retraits )  l’agence est sur la place centrale de Zarate.

Le prochain post sera pour vous raconter l’arrivée épique à BA enfin j’espère si on n’a pas un nouveau retard

Bises à tous

 

Rio et Santos

 10/08 Salut ,

 

Quelques news , 07/08 l’escale à Rio  tant attendue arrive , gasp !! je m’étais fait mes films , si la mythique Plage de Copacabana est bien là , l’hivers tropical fait que la plage est plutôt vide et les rares « créatures » qui courent ont vraiment besoin de faire du sport , oui je sais c’est facile mais il y a des mythes tenaces qui s’écroulent.

A défaut , on s’est rendu sur un kiosque de glaces Mac Do pour peaufiner ma ligne  avec un bon produit yankee ,

Comme l’a dit nath dans son post , nos taxis ne se sont pas suivis donc je me retrouve avec mes deux terreurs qui font leur shopping sur un petit marché à touriste avec des produits authentiques  !!!!!!!!!!!!  un pirhana empaillé made in china (non pas quand même) et un tee shirt I love Rio (là c’est sûr)………….

Et là surprise je vois un collier noir avec un cadenas identique  offert à maxime  par le « guide officiel » de Dakar symbole de l’esclavage.

En tant que commerçant j’apprécie l’efficacité mondiale hors pair des fournisseurs grossistes des petits marchés.

Rio fait ville moderne , en tout les cas la partie près de la plage , sentiment de sécurité …

Tout le pourtour de la plage est aménagé avec des clubs de musculation  en plein air

Ça doit être agréable l’été , nous sommes passés à la mauvaise saison…

Le 09/08 nous sommes passés à Santos , avec une journée d’escale complète.

Une grande partie de l’équipage est partie pour « téléphoner » d’après le steewart ,

Jamais vu des gars aussi bien fringués et parfumés pour téléphoner. Le mot téléphoner en anglais  doit avoir un sens que j’ignore …

Le Capitaine nous a quitté pour ses vacances, il a une maison dans le coin (de même que le cuistot d’ailleurs)

Un nouvel italien a pris le relai.

La ville est sur le même schéma que Rio port à l’est, favellas sur les hauteurs et quadrillages d’immeubles résidentiels sur le front de mer….

En moins clean cependant .

Journée essentiellement internet , pour les novices un compte skype est l’idéal pour appeler un fixe pour 18cts la minute dans le monde ….

Voilà plus que quelques jours , on a hâte de commencer enfin le périple………

Je n’arrive toujours pas à me servir de l’amplificateur wifi , un problème de réglage mais où ?

 

Dakar Conakry Freetown

05/08 salut , pas mal de choses à raconter Dakar tout d’abord , visite avec le  guide «officiel du port » arf ….bon il faut bien que chacun vive , ville africaine qui m’a rappelé mon enfance congolaise sympa mais il faut se remettre dans l’ambiance d’un marchandage permanent et bien sur aucun prix n’est affiché , je fus un peu lent à l’allumage après tous ces jours de bateau , on est décalé….

Puis les escales Conakry et Freetown et là bonjour l’Afrique si Dakar avait gardé un semblant d’organisation là c’est le gros b………….., ils dépouillent quasiment les vieilles occases dès leur descente sur le port , une nuée de gars foncent regarder à travers les vitres et se servent si il y en a une restée ouverte , du haut du bateau nath a pu voir deux gars se partager un portefeuille qu’il ont planqué derrière des pneus puis des tapis de sols récupérés dans un véhicule.

Plus un clandestin avec son sac qui s’était agrippé au système de levage de la grue (voir photos) .

Bref c’est chaud même le capitaine très rital , pas du genre à se salir les mains descendait les vieilles guimbardes en bleu pour qu’aucun docker ne mette les pieds dans le bateau…ambiance , ambiance !!!

Après ces escales , traversée de l’atlantique avec passage de l’équateur sans festivités , ni diplômes , morne et sans ambiance contrairement à ce qu’on a pu lire l pour d’autres, ça dépend vraiment des bateaux et des équipages.

Il sont cependant très serviables mais ça ne va pas plus loin que les salutations d’usage.

La vie à bord continue avec sa monotonie habituelle , mais ça n’est pas trop long , c’est plus le timing parfait qui me gonfle 10h59 on vient nous chercher si on n’est pas à table , 11h35 thé et 11h38 on nous fait comprendre qu’à 11h45 il faut quitter la table pour le salon …on en rigole en se comparant à des petits vieux en maison de retraite emballant leur petit fromage pour le lendemain car il n’y en a pas tous les jours…(par gourmandise car vu le nombres de plats et la quantité aucun risque d’avoir faim) il ne nous manque que le loto du soir que l’on a remplacé par un scrabble.

 

Pour ne pas faire de redondance avec nath , la visite du bateau fut une coupure agréable avec son 8 cylindres de 17000 cv qui engloutit ses dizaines de milliers de litres chaque jour, un piston fait la taille d’un petit fut de 60l d’huile…

L’arrivée en AM du sud (nord du brésil) fut un moment sympa jolies plages et port tout neuf, propre , dockers en uniforme, casques , gilets, talkies etc…Zone portuaire clôturée

Après l’ Afrique, on voit resurgir une organisation digne de ce nom, bêtement je voyais un brésil moins structuré …

Voilà j’attends avec impatience Rio et ses brésiliennes (euh les vraies hein)

En route.............

Thierry  15/07

 

En route pour les em………..  bien entendu notre gros père (ti kaz land) nous fait son petit caprice avant de partir dans l’ordre volant moteur bruyant au démarrage , joint de cache culbuteur fuyant (résultat volant et  embrayage , butée , joint changé)  , écran gps qui ne  sort plus (chaleur résolu depuis test avec l’engin sorti et mis au frigo pour vérifier), plus diverses conneries dont une erreur de vidange (huile) qui empêchait le passage des vitesses à froid etc……..problème de masse overdrive

Enfin après moultes  factures pour le garagiste et temps passé pour moi , qui me permettent de connaître le landus défendus par cœur , la bête bichonnée fonctionne aujourd’hui parfaitement bien…..

Pourvu que ça dure…

Pour le reste pas de problème chargement sans histoire , check list avec ma chérie , arrivage du courrier accord inspection d’académie…nous sommes cependant lourds (pas nous bien surs…) le véhicule et le matériel pour ceux qui ont suivi …visite aux vieux amis et rencontre réelle de ce qu’on connaissait en virtuel (forum et sites…)

 

En route , enfin c’est ce qu’on croyait………….

Thierry 21/07

 

Ah là là Grimaldi (la compagnie maritime) et son timing , tout un poème enfant j’ai grandi en Afrique et on appelait la compagnie aérienne locale  « air peut être » , j’ai trouvé « vogue peut être » , prévu au départ le 09/07 reporté au 12/07 puis 14/07  puis convoqué le 17/07 le bateau , pièce moteur cassé pourtant c’est pas un land enfin départ le 21/07 (bloqué à bord depuis le 17 plus de voiture ,bateau au fond d’un quai de la zone portuaire du havre)  à 12h,  500 m et arrêt on remet les amarres gasp !!! , je pense à essayer de trouver un cierge en cabine ,mais  ouf ce n’est qu’une écluse…

Allez on vogue direction Dakar , Conakry et Freetown , on saute Bilbao et Casablanca pour aller livrer nos « pijot » 505 épavesques et autres  qui vont connaître une seconde vie là bas….

Pour le reste , l’organisation maison de retraite du bateau pour le repas 11 h et 18h ,

Surprend au début mais on s’y habitue , la nourriture est pantagruélique 3 plats mini,

Tendance italienne (pâtes viande… plus poisson au même repas par ex)

Heureusement il y a la salle de sport…

Etrangement le temps même à quai ne nous à pas paru long , moi qui appréhendait…

Le plaisir de profiter de nos enfants et de passer du temps ensemble est très agréable…

L’équipage a péché un poissons dans le port avec un fil nylon et un hameçon, le cuistot l’a préparé après que maxime ait paradé avec , il était aux anges.

Cabine simple pas toute neuve genre hôtel 2 étoiles mais confortable, on a pris l’option sans hublot.

Anglais only avec l’équipage , quelques échanges succins mais sympatiques plutôt avec les matelots (indiens) qu’avec les officiers italiens  d’ailleurs.

Donc pas de regret pour l’option cargo malgré ces débuts cahotiques  , pour la sécurité de véhicule c’est même un plus , les nôtres (avec nos voisins qui partent avec leur vieux toy hj60 personne n’est parfait) sont les seuls fermés et on garde les clefs , pour le reste c’est clef sur le contact où sur le siège avec accès équipage, docker et conduits avec souplesse au chargement hum…………….

Bref à part le conteneur fermé le roro sur le pont je vous le laisse…………………….

Au fait aucun contrôle de bouteille  gaz , longueur et hauteur de véhicule si galerie remplie etc………..pour ceux qui partent bientôt. vous pouvez emmener ce que vous voulez dans la cabine …

Thierry 25/07 aujourd’hui nouvel exercice avec embarquement dans les canots , vous verrez le look incroyable de la troupe dans une élégance digne des plus grands couturiers sur les photos

le temps passe sans qu’il ne soit trop long toujours rythmé par les horaires de la maison de retraite ,

déjeuner, sport douche un peu de devoir repas sieste devoir des gosses rerepas ….film dodo …..

Blague à part agréable de passer du temps en famille , maxime devenu mascotte de l’équipage bénéficie  d’attentions dont nous profitons ,  dont la nourriture supplémentaire (argh encore quelle équipe de ventres à pattes ….cocktail de fruits au goûter, glaces …………)

Les Visites pédagogiques ……….

Ça me permet d’adapter la pédagogie avec des exemples, l’autre jour on tombe sur latitude et longitude pour maxime hop sur la passerelle pour exercice pratique...avec carte et gps de bord

Puis isolation et économie d’énergie , visite des chambre froides  etc……….sympa et divertissant ça remplace la récré et ça reste pédagogique ,les supports téléchargés en avance du cned sont adaptés mais  bon quand viendra les tribunaux  , il va falloir juger un marin et l’incarcérer………..

Bon je vous laisse c’est l’heure du repas ………………………..

 

Les jeux sont faits ......

Etat bizarre mélé d'angoisse et d'excitation avant cette grosse aventure, dans laquelle nous emmenons notre petite famille...

Je repensé à nos amis et nos connaissances  qui l'ont fait , celà nous changera t'il , allons nous nous engueuler comme certains en ne supportant pas la promiscuité ?  ,

Celà nous permettra d'avoir avec nos enfants et notre conjoint des échanges d'une richesse que l'on ne prend pas le temps d'avoir en temps normal , accepterons nous la petite prise de risque qu'impose cette aventure si il y a un problème ?

Le fait d'avoir planifié, préparé , économisé et sacrifié d'autre choses pour ce voyage en valait t'il la peine...?

On a entendu diverses versions de nos amis chance , inconscience, admiration ...   rien de tout ça pour ma part simplement , l'envie de faire qu'un rêve devienne projet puis réalité .......Et que c'est bon !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Pour finir 2 petites maximes similaires que j'adore ,

Il vaut mieux regretter ce que l'on a fait plutôt que ce que l'on a pas fait

La vieillesse c'est quand vos regrets prennent le pas sur vos rêves (quel qu'ils soient)

 

thierry