Ukraine

AVANT LE DEPART POUR NOTRE VOYAGE EN UKRAINE 

Mes premières impressions sur « TI KAZ LAND »

C'est vraiment petit mais avec beaucoup de rangement possible, il faudra bien arriver à tout caser. Quand je suis sur le lit du haut, en écartant les bras je touche les parois de chaque côté, cela vous donne un aperçu. Je pensais avoir environ 2m2 au sol et bien non. 

Après divers petits ennuis :

-vitre cassée, mal réparée, donc mon père et Thierry ont du démonter toute la portière pour remettre les tiges en métal, pour pouvoir fermer les portes. 

-les bouchons des réservoirs d'eau fuient même après avoir mis les neufs 

-fuite d'huile qui a recouvert tout le dessous du land (boite et ponts) 

-fuite du carburant, on a changé le filtre à gasoil 

-le chauffage ne fonctionne pas, donc pas d'eau chaude 

-changement de la batterie accessoire 

-après un essai au Puy du fou à 4, pour dormir dans le land, il y a quelques frictions, il va falloir mettre de l'eau dans son vin, et s'organiser, nous apprendrons tous....

 -Thierry et moi avons essayé les plaques de désensablage, à quelques kms de chez mes parents, il avait plu et le terrain en forêt était bien gras, nous nous sommes embourbés lamentablement, seuls la veille de partir. Un léger dévers et le land le ventre dans la boue.

Mais avec de l'huile de coude (Thierry), la recherche de quelques pierres pour placer sous les plaques (moi), nous avons réussi à nous sortir de ce mauvais chemin. C'est qu'il fait quand même 3 tonnes l'animal !!! 

 thierry, eh eh  j'ai ma fierté , aller chercher un tracteur, vous rigolez le lendemain cloques à force de pelleter, je me disais si j'y arrive pas là, alors au fin fond du désert en Amérique du sud, donc je décerne la palme du meilleur accessoire du land au 4 plaques alu !!!

  

c'est flou, c'est pris avec un portable et il me reste un peu de fierté, (hum si peu ce jour là)

 

 Gasp !!! presque sorti , ouf nous aimerions  être moins lourds (pensées simultanées du land et de son proprio)

 

JOUR J :DEPART    VENDREDI 31 JUILLET 09 

Jusqu'au dernier moment nous ne savons pas si nous pouvons partir, le land fuit toujours de l'huile, mais nous décidons d'y aller.

Thierry : pour les pros l'huile passe de la boite de transfert (surpression ...) vers l'overdrive genre de 6ème vitesse qui se rempli et évacue par le reniflard..un vrai land quoi..

 Arrivée au château en soirée, en région parisienne, point de rendez-vous, où nous faisons connaissance avec une partie du groupe.

Eric, Véronique et leurs 2 filles Kathleen et Wendy

Jacques et Marion sa petite-fille

Denis, Sophie, Alexandre et Eloïse

 Nous faisons le trajet de nuit avec des poses heureusement. Nous traversons l'Allemagne et arrivons le matin en République tchèque. Les autoroutes allemandes ne sont plus aussi bien que l'on veut bien le dire.

 

SAMEDI 1er AOUT 09 

Petit contraste au passage en République Tchèque, ce n'est plus le même luxe. Nous devons nous acquitter d'une vignette pour pouvoir emprunter les autoroutes, elles se vendent à la frontière.

Nous faisons notre 1ère halte dans un camping près d'une rivière à 30 kms de Prague.

Nous arrivons en milieu d'après-midi, les enfants(7) ont le temps de jouer et de faire du canoë sur la  rivière

 

 Le plus jeune c'est Maxime 8 ans, ensuite vient Anaïs 12 ans, Eloïse 13 ans, Kathleen 14 ans, 

Marion 15 ans, Wendy 16 ans, et Alexandre 17 ans. Maxime pour l'instant se sent un peu à l'écart, mais les autres ont l'air de bien s'entendre.

L'autre groupe de voitures qui va  faire le trajet avec nous, nous a rejoint.

Nous faisons connaissance de Gildas et Ghislaine sa mère

Marie-Laure et Edwige sa fille 17 ans

Roland et Annie la doyenne du groupe (bravo)

Jean-claude

Etienne et Cathy

James et Françoise

Et Guy

Nous sommes donc maintenant 11 voitures, nous ne passons pas inaperçus. 

Nous en profitons pour nous reposer la route a été longue et fatiguante. 

 

DIMANCHE 2 AOUT 09 

Aujourd'hui visite de Prague, c'est une jolie ville. Nous nous garons au parking de la gare.

Nous allons à pied en centre ville assez proche. Nous visitons le muséum national.

 

Maxime est aux anges, squelettes d'animaux divers, animaux empaillés, coquillages, fossiles, silex, l'évolution de l'homme etc....

Ensuite temps libre dans la ville avant de rejoindre le groupe au parking.

L'alimentation n'est pas très chère sauf les fruits d'après ce que je vois au marché.

On peut payer nos achats en couronne (monnaie locale) ou en euros : 1euro=25K

C'est difficile de suivre un groupe de 4x4 dans une ville, nous sommes parfois stoppés par les feux rouges, heureusement que nous avons une cibie que l'on nous a gracieusement prêté.

Cet après-midi, nous ferons quelques kms pour rejoindre Kostelec nad orlici, chez les parents, d'une amie de la secrétaire de l'association des voyageurs du cœur, elle parle français ainsi que son mari. Ils sont super gentils de nous accueillir aussi nombreux dans leur jardin. Il y a la douche et WC c'est le luxe.

Le land se comporte bien, il ne fuit plus trop. Anaïs prépare le repas ce soir, Maxime dessine le jardin.

 

Thierry : Problème avec le détendeur de gaz sur « Ti kaz land » Eh oui presque un an sans tourner, un démontage, quelques coups de maillets bien sentis finiront par remettre le tout en route par la suite, et hop  un truc de plus ok

 

LUNDI 3 AOUT 09 

Les nuits sont courtes, il y a eu de l'orage et de la pluie cette nuit. Le convoi de 11 voitures se sépare pour rejoindre Auschwitz. Nous avons emprunté des petits chemins dans des villages car il y avait plusieurs déviations, nous avons réussi à retrouver les autres. 

En entrant dans le camp de Auschwitz, on ne peut s'empêcher de penser à ces millions de personnes qui sont passés par-là. En voyant les rails, les dortoirs, les latrines, on imagine leur condition de vie, c'est l'Horreur. Ensuite en visitant les blocs, on peut y voir une montagne de cheveux, de chaussures, de lunettes, de prothèses, de brosses à cheveux...etc.

Et aussi des photos avec des gens tellement maigres, Maxime avait du mal à supporter et voulait ressortir. Moi, je n'ai pas tout vu, mais j'en ai vu assez pour être mal à l'aise et attristée. C'est inimaginable tout ce qui a pu se passer derrière ces murs ! Toute cette souffrance et cette peur !

Thierry : Cette planification déjà ressentie lors de la lecture du livre « la mort est mon métier » dont   je ne me souviens plus de l'auteur,  prends ici toute sa signification, cette pièce remplie de cheveux (coupés avant la chambre à gaz)  jusqu'au plafond le tout sur plus de 15m de long et 4 de large  sera ma plus grande émotion,

Inscription à l'entrée du camp, « le travail rend libre », cynisme total...

 

Ensuite nous sommes partis à la recherche d'un bivouac en forêt. Depuis la République Tchèque  il y a beaucoup de forêt de pins comme dans les landes.

Nous avions trouvé un terrain de foot un peu isolé avec moustiques, mouches et guêpes le matin.

Nous avons testé la tente de douche qui est très bien faite. Le détendeur de gaz fonctionne à nouveau, nous avons mangé notre premier plat chaud (des pâtes ) pour le plus grand plaisir de Maxime.

Le soir des jeunes polonais sont venus discuter avec nous, il y avait une fille qui parlait très bien français. C'était très sympathique, nous avons fait des photos et Jacques leur a imprimé tout de suite, ils étaient surpris et très contents.

Thierry : Jacques , notre sympathique retraité qui accompagnait sa petite fille , a une imprimante photo 12v ou 220 avec le convertisseur branché sur la cellule, c'est vraiment un outil fabuleux, car si tous ont un portable, le cadeau d'une photo (me rappelant l'esprit polaroid de mon enfance africaine) reste toujours un moment d'échange et de  convivialité formidable

  

MARDI 4 AOUT 09 

Ce matin,  à Krakowie nous sommes montés dans une mongolfière tenue avec un câble pour découvrir la ville de haut. Les enfants étaient heureux.

 

Jacques a eu une panne de batterie avec son Toyota. Il a fallu le tracter pour redémarrer. La circulation en ville au milieu des rails de tramways, des bus, des voitures c'est un peu fouillis.

Après quelques ravitaillements, direction l'Ukraine.

La route est en travaux sur des kms, c'est assez pénible car nous n'avançons pas beaucoup.

Le passage à la frontière a pris environ 1h30, et il n'y avait personne dans notre file sinon ça aurait pu être plus long.

Les premiers kms en Ukraine, sont un peu surprenant par l'état des routes, (et je n'ai pas tout vu), on dirait que chaque habitation a une vache, un jardin ou ils cultivent du maïs et divers légumes comme s'ils devaient subvenir à eux-même.

 

L'autre groupe qui était passé avant nous, a trouvé un bivouac en forêt, un peu après la frontière. Malheureusement c'était un endroit assez sale et avec une fourmilière énorme (des fourmis bouledogues selon Maxime notre spécialiste).

 

MERCREDI 5 AOUT 09 

Repas au coin du feu et des fourmis, nuit calme mais le matin, on a dû quitter le terrain des fourmis, elles ont gagné.

Les routes sont dans un état lamentables,quand elles sont goudronnées, il y a des ornières de goudron, et quand il faut serrer à droite, cela fait méchamment pencher le véhicule ou rebondir c'est au choix, à 80 km/h c'est un peu dangereux.

 Ici il y a des vaches en liberté, des poules, des oies, des vieilles voitures LADA, UAZ et beaucoup sont aussi en charrette avec des chevaux pour se déplacer ou bien encore à pied. 

Nous avons rejoins LVIV en se dirigeant au cap avec le GPS et la boussole car nous n'avons pas de carte précise et tout est marqué en cyrillique, nous avions perdu le groupe en ville. Le point de RDV était à l'Aquapark, avec ANIA (qui étudie le français et d'autres langues).

Quand tout le monde est réuni, elle nous guide et nous prenons le tramway, jusqu'au centre ville.

Nous verrons une basilique, la statue du seul roi d'Ukraine qui a dédié la ville de LVIV à son fils (ça veut dire LION),ainsi que l'Opéra, ici à droite.

 

 

 

 

Vers 15h30, nous étions tous affamés, nous arrivons enfin dans un restaurant, c'est une maison qui abritait les résistants, nous descendons à la cave, il y a une décoration en rapport avec son activité  passée.

 

Thierry : incroyable on y entre presque par une porte de placard sur un palier, ça devait être vraiment planqué à l'époque.Maxime arrive , "papa, j'ai ramassé toutes les balles qu'ils ont laissé trainer par terre ". "mais non c'est la déco chéri ...."

Au menu une boisson dite « jus de fruit » l'Ouzvar qui sent le chou, mais en fait c'est de la pomme séchée, des pruneaux et du miel.

Du gras de porc à l'ail, des tomates trempées dans je ne sais quoi mais avec un goût aigre, des cornichons, des varinikis (des ravioles à la pomme de terre avec de la crème fraîche)

On a bien rigolé mais pas beaucoup mangé.

En sortant du restaurant il pleuvait et nous avons repris le tramway.

Un ukrainien, expliquait un peu violemment à Etienne qu'il n'aimait pas les Russes et qu'ils aimeraient bien les tuer. Parfois certains trajets en tramway peuvent sembler très longs, n'est-ce pas Etienne ?

Thierry , gloups , en plus avec mime de la kalachnikov, "ruskof takata!!! takata !!!" super énervé le garçon

Ensuite route et bivouac dans un champ sans fourmis, mais avec de la boue, il a plu toute la nuit.

Nous commençons à nous organiser dans « Ti kaz land » mais il nous manque encore les bottes en caoutchouc. 

 

JEUDI 6 AOUT 09 

Départ le matin, en direction de Ternopil, nous avons 2 jours pour l'atteindre par les petits chemins. Un autre groupe a choisi l'hôtel, plus direct.

Nous nous sommes embourbés 2 fois, et avons réussi à sortir grâce au treuil de Jacques et à la sangle d'Etienne.

Thierry : Rigolant super débutant a encore frappé, manque de gaz, roue avant gauche pas assez en haut sur le dévers et hop, travers bébête bloquée, on voit pas mais ça descend  bien encore derrière.

 Les chemins et paysages superbes, la campagne et les forêts, il y a aussi des cigognes.

Sur une route départementale très peu fréquentée sauf par la police. Les enfants étaient sur le toit des voitures, heureux mais il a fallu en descendre. Alors ensuite après le pique-nique, les filles d'Eric ont conduit son 4x4 en 1ère courte et donc Anaïs aussi. C'était son baptême de conduite seule.

Nous avons essayé de dormir à l'abri sous une grange mais impossible, les gens n'avaient pas l'habitude de voir des touristes et puis 6 voitures 4x4 ça impressionne un peu.

Nous avons donc trouvé un bivouac dans un champ avec une vue magnifique panoramique.

Le soir après le repas, un groupe de 6 Ukrainiens sont arrivés, on ne savait pas leurs intentions, ils sont arrivés avec un minibus 4x4 basique là où nous avions eu du mal à monter.

En fait, ils ont apporté des victuailles qu'ils ont préparés eux-même, pour nous rencontrer et partager avec nous. Il y avait du lard fumé, des travers de porc sur des brochettes improvisées, de la pastèque, de la vodka et une boisson moins forte pour les femmes. Tout le monde avait bu plus ou moins selon le cas, je ne citerai personne pour être discrète.

 

Thierry ah grand moment d'émotion quand la troupe a débarqué vers 22h, pas trop fier, quand je suis allé à la rencontre de ce petit groupe qui s'approchait de nous avec le 4*4 russe uaz moteur à fond en première courte. Finalement derrière leur carrure balaise , un groupe super sympa et malgré l'absence de langue commune, une nuit mémorable...leur vodka troquée contre du rhum s'avéra redoutable, pas vrai  é...bip

J..bip  et ....bip  enfin tout le monde quoi , bref votre serviteur a lâchement fait semblant de trinquer vers 2 h du mat............petit bras, euh non petit gosier...

C'est un moment fort et touchant. Nous avons chanté et eux aussi. Ils avaient de belles voix et nous surpassaient sans mal.

vidéo très sombre mais c'est pour le chant..........

Ils sont partis vers 2 h du matin et parfois les nuits semblent bien courtes au matin.

 

VENDREDI 7 AOUT 09 

Départ sous le soleil, enfin. Pour rejoindre Ternopil, nous prenons quelques chemins mais sans trop de réussite et retrouvons l'autre groupe à un hôtel 3 étoiles avec wifi. Nous en profiterons pour envoyer quelques mails et rassurer tout le monde. Nous décidons d'y rester 2 nuits. Nous allons pouvoir sécher un peu de linge. C'est difficile quand on roule tous les jours et quand il pleut de faire sécher quelque chose.

Nous rencontrons Tamara, qui sera notre guide et interprète auprès du directeur de l'hospice que nous verrons demain.

Elle nous fait visiter Ternopil, dommage que les magasins soient fermés au grand désespoir des filles du groupe.

Le soir nous mangeons au restaurant de l'hôtel, une soupe délicieuse appelée « worch », ensuite porc et pommes de terre.

 

SAMEDI 8 AOUT 09

 Ce matin après un petit-déjeuner difficile à commander car personne ne parle ni anglais, ni français et tout est en cyrillique. Il manque des photos des plats ce serait plus facile.

Nous partons pour l'hospice, le but de notre voyage, où nous devons déposer les dons des « voyageurs du cœur », il y a des vêtements, des couvertures, des chaussures, des fournitures scolaires, des peluches...le directeur de l'hospice redirigera les dons qui concernent des enfants vers un orphelinat.

A notre arrivée, nous sommes accueilli par un pensionnaire qui nous joue quelques airs d'accordéon dont la Marseillaise, nous faisons aussi quelques pas de danse.

Ensuite nous visitons les lieux où il y a beaucoup de travaux de fait, c'est assez neuf et récent grâce aux dons d'une association « Vendée-Ukraine » qui aide cet hospice depuis des années.

Ils ont une boulangerie, une porcherie, une nouvelle chaufferie....

Nous déchargeons nos dons et les enfants vont distribuer un petit cadeau à chaque pensionnaire (un savon ou un shampoing) Maxime participe aussi mais nous montons au 3ème étage où résident les invalides et les alités. Il est choqué par l'odeur parfois prenante et la vision des personnes amputées d'un bras ou d'une jambe.

Nous avons aussi rencontré une femme jeune qui vit ici car elle est handicapée et seule.

Elle a fait l'école des beaux-arts, elle expose ses peintures et fait aussi des colliers en perle ainsi que des œufs recouverts de perle. Anaïs lui a acheté un collier, très joli. On ne se comprend pas sauf quelques mots en anglais, mais quelque chose est passé dans nos regards.

Eric remet aussi de l'argent au directeur pour qu'il fasse construire un kiosque pour les pensionnaires car ils ont de l'argent de poche (25% de leur retraite) le reste va à l'hospice pour leur vie quotidienne. Ils pourront acheter ainsi ce qu'ils désirent.

Ensuite nous partons avec Tamara visiter un château fort à 17kms de Ternopil. Il y a aussi une belle collection d'armes depuis la hache en silex au fleuret, des casques ou heaumes.

Retour ensuite à l'hôtel, nous avons une heure avant de repartir en bus à Ternopil pour manger dans un restaurant que nous conseille Tamara. Il y a une décoration fantastique, difficile à décrire et je n'avais pas l'appareil photo, dommage !!

Un groupe de 4 musiciens et chanteurs viennent nous divertir, c'est magnifique. Encore une journée bien remplie, les enfants ont réservé la piscine de l'hôtel de 23h à minuit, dur, dur le réveil demain.

Thierry : Impressionné par Stéphane le boss de la maison de retraite, nous montrant chacune des réalisations faites avec les dons français, américains... harcelant les administrations de son pays pour avoir de maigres subventions pour améliorer les conditions de vie de ses patients, car seuls les salaires de son équipes sont financés par l'état, le tout pour son salaire de médecin chef de 110 euros  par mois.

 

DIMANCHE 9 AOUT 09 

Nous quittons Ternopil et prenons des chemins en direction des chutes que Thierry a sélectionné sur google ; Quand nous arrivons c'est le lieu de RDV de tous les Ukrainiens alentours. Il y a une belle cascade mais énormément de détritus.

 

 Quelques enfants et Thierry se baignent courageusement car l'eau est froide. Nous partons ensuite à la recherche d'un autre bivouac celui-ci étant tellement sale...Cette fois, c'est en forêt, c'est cool.

La nuit parfois les enfants se disputent la couverture ou la place dans le lit. Nous avons fait sécher le linge sur une corde entre 2 arbres et le reste est installé dans la cellule pendant que l'on roule ( on ouvre un peu la fenêtre).

Nous réorganisons le rangement de la table pique-nique, et la trousse à outils (vu qu'elle doit servir plus souvent qu'on ne le pensait)

Nous recalons bien tout car quand on passe dans des trous, tout saute, y compris une attache du lit supérieur. Etienne était encore là pour nous remettre des rivets !!

 

LUNDI 10 AOUT 09 

Départ par les chemins vers Kamenets Podolski.  Il y a un château fort qui a été restauré.

C'est une ancienne ville fortifiée qui est maintenant entourée d'une ville nouvelle avec ses immeubles.

 

Le soir bivouac dans un champ, nous nous installons bien tranquille !

C'est sans compter l'agriculteur voisin qui décide de moissonner son champ jusque 2 h du matin. Mais ça ne m'a pas empêchée de dormir.

D'autres agriculteurs viennent couper les herbes dans leur champ avec des faux. Nous avons droit à une démonstration par le groupe français, qui ne se débrouille pas si mal.

 

MARDI 11 AOUT 09 

Nous nous dirigeons vers un point GPS qui nous indique l'habitation d ‘Alexis et Nadia.

C'est un couple de bûcheron avec 3 enfants qu'Eric a rencontré l'année dernière alors qu'il cherchait un bivouac. Ils l'ont accueilli merveilleusement bien, il a donc décidé de leur rendre visite encore cette année, mais ils ne sont pas au courant de notre visite (n'oublions pas 10 voitures).

Nous arrivons en milieu d'après-midi, il fait beau et on commence à apercevoir les carpates. Les maisons ont changé d'apparence. Les enfants et les adultes nous font signe de la main pour nous saluer.

Alexis est là, il est tout heureux de retrouver Eric et quelques autres, il ne parle pas français, nous utilisons le langage du mime. Il nous montre son pré et nous lui annonçons que nous sommes 10 voitures et que nous resterons 2 jours. Pas de Problème !!!

Nous organisons un feu de camp avec un barbecue et nous les invitons à se joindre à nous.

Ils gouttent le rhum arrangé de la Réunion, et nous leur vodka (70°)

  

MERCREDI 12 AOUT 09 

Ce matin réveil sous une petite pluie, dommage pour le linge. Nadia nous apporte le petit-déjeuner qui se compose de pommes de terre avec du porc accompagné de crème fraîche, et d'une feuille de chou farci avec du riz. C'est très bon et ça cale bien (un petit-déjeuner de bûcheron, quoi !) Nadia m'autorise à étendre mon linge dans sa cuisine, on tend un fil au-dessus des marmites qui sont sur une plaque en fonte chauffé au feu de bois)

Nous préparons avec elle des beignets farcis à la viande de porc, ou à la framboise, ou un mélange pomme-banane.

Elle les fait cuire ainsi que de la farine de maïs et une sauce aux champignons et ciboule toujours avec de la crème fraîche liquide, délicieux.

Après cela Thierry, Marion et moi allons faire une ballade digestive d'environ 1h-1h30, dans la campagne et la forêt mais nous n'avons pas vu d'ours, ni de sangliers.

Au retour repos, Anaïs va préparer des varinikis et des beignets que nous dégusterons à l'apéritif en arrosant l'anniversaire de Thierry avec un peu d'avance.

La mère et la sœur de Nadia sont venus nous voir aussi. Bonne rigolade, ils sont vraiment très sympas.

 

Et oui demain c'est le retour en France sur deux jours, ça va être difficile. Nous prévoyons de rentrer par la Roumanie et la Hongrie.

 

JEUDI 13 AOUT 09 

Nous partons vers 8h30 en faisant nos adieux à tous, moment émouvant pour tous les quatre. Alexis et son fils sont là aussi.

Premier passage à une frontière pour la Roumanie, trop petite route, ils nous font comprendre que là ne passent que les Ukrainiens et les Roumains, nous avons donc du faire un détour de plusieurs kilomètres jusqu'à Siret pour passer la frontière.

En arrivant en Roumanie, ils veulent contrôler le véhicule, heureusement il ne fouille rien car nous aurions encore perdu du temps. Les routes en Roumanie sont très belles et récentes, c'est un régal malgré les virages, car nous sommes dans les Carpates (donc montagnes et cols). C'est joli, un petit style suisse avec des chalets et aussi des charrettes avec des chevaux.

 

                                             

La Hongrie : pas de contrôle à la douane, nous la traversons de nuit.  2h du matin perdu dans Budapest (heureusement vide), nous nous dirigeons au cap avec notre GPS garmin et la boussole.

Autriche : terminé les frontières nous passons près de belles villes comme Salzburg dommage nous ne ferons que passer. Le temps nous presse nous voulons arriver avant le 15 août chez mes parents pour garder un peu de temps avec eux avant notre retour à la Réunion.

Temps partagé, pluie, soleil pour faire la longue route.

 

VENDREDI 14 AOUT 09 

Il est 22 h et nous roulons toujours, nous sortons de l'Allemagne à 20h30. Encore du chemin le GPS indique que nous arriverons vers 0h18.

On verra car il y a encore une fuite d'huile de pont avec l'overdrive. Nous ne pouvons rouler qu'à 100km/h

 

SAMEDI 15 AOUT 09  

Arrivée à 0h30, épuisés mais content de notre voyage.

 

EN CONCLUSION 

Les points négatifs :                                                     

La pluie en bivouac                                                        

Le linge qui ne sèche pas                                                 

Rythme soutenu                                                              

Inconvénient de ne pouvoir s'arrêter car nous étions en groupe                       

Différentes pannes du Land                                            

Difficulté avec le Cyrillique    

                                       

 Les points positifs :

ti kaz petit , ergonomique,bien pensé, agréable couchage, bien au sec

Faire ce voyage en groupe , avec des gens sympas

les bivouacs, les feux de camp

 Les chemins reculés ou personne ne va

 Les diverses rencontres agréables

L'expérience des autres

Goûter la cuisine locale

 Enfants sages malgré les kilomètres

  

Pour thierry

Les  Déçu

Quelques outils oubliés mais franchement rien de particulier,car tout a pu être résolu...et aucun problème mécanique immobilisant

Ah,si, le légendaire accueil de la douane d'Ukraine (mauvais reste de l'ex URSS sûrement)

Leur vodka du soir et ses conséquences le matin Embarassé                      

 

 

Les  Sourire

 

Les Ukrainiens, particulièrement dans les campagnes, mémorables par leur esprit d'accueil et de partage.

Leur vodka, le soir ...

Alexis et Nadia les bûcherons du bout de l'Europe.

Tout le  groupe voyageur du cœur pour leur accueil, et avec une mention particulière à :

Eric et Véro  pour gérer cette troupe , Jacques pour sa gentillesse, ses conseils et Etienne l'homme aux multiples ressources ainsi que Marie-Laure pour son cadeau qui m'accompagnera à plus de 4500m l'année prochaine (voir ces chaussettes extra sur les photos)

Ma petite famille, Nath pour son organisation, les loupiots pour s'être montrés gentils ensembles, patients en voiture, bref ils donnent le meilleur d'eux mêmes, même (surtout ?) quand ils perdent leurs repères.

Le fait que cela nous ait convaincu que vivre  6 mois ensemble sur 2010 des conditions qui seront parfois difficiles ne soit  pas un obstacle mais plutôt une extraordinaire aventure qui nous attend.

Et « Ti Kaz Land » , bébête attachante de près de 3t5 en charge, qui a parfois du mal a traîner son gros derrière dans les dévers, souffre d'incontinence mais répond toujours présent et semble prêt à partir au bout du monde avec nous.

Commentaires (1)

1. fity francois 14/11/2010

bravo pour cette expedition ca me donne envie a bientot

Ajouter un commentaire